Gallus en concert le 29 janvier à 19h au Freemousse.

Incantation(s)

Oh mon amour au petit jour
Je baiserai tous tes contours
Oh mon amour la nuit tombée
Je panserai toutes tes plaies

Oh mon amour (x3)

Oh mon amour dans la souffrance
Je te chanterai l’espérance
Oh mon amour dans la torpeur
Je chasserai toutes tes peurs

Oh mon amour et si la vie devait s’arrêter ainsi
Je borderai ta dernière nuit
Oh mon amour au bout du jour
Je rejoindrai ton insomnie

Oh mon amour (x2)

Ces paroles vous seront chantées lundi 29 janvier à partir de 19h au Freemousse.bar, Paris 18.

Nouvelle chanson à notre répertoire : Hiroshima mon amour.

Hiroshima mon amour.

Je suis un homme enrichi à l’uranium,
Et pourtant j’aimerais tant pouvoir en chantant
Quelques récitatifs être radio-actif.

J’entonne monotone l’air du grand atome
Que l’on fissionne, cela impressionne,
Au mépris du lourd prix payé par le passé.

Refrain et pont : Il est temps, militant, de limiter leur temps.

Si nos expressions s’adaptaient aux sillons
Irradiés et radiés de nos terres arables
Nous les dirions sans rire à cette façon :

Ne te fais pas de Tchernobyl mon compagnon,
Nagasaki le tour, nul ne sait pour quel pion.
Tout Fukushima le camp dans cette région.

Refrain et pont

Gallus en concert au Freemousse.bar le 22 janvier à 19h.

Persona non gratis

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

On n’est pas là pour s’amuser
Ou encore pour fraterniser
On est sur Terre pour faire du blé
Mais pas celui qu’on peut manger

J’accroche le temps à mon poignet
Car il vaut de l’or et des billets
Tu veux ma personne t’écouter
Mon gars il va falloir raquer

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

Moi je fais l’argent travailler
Pour qu’il profite aux héritiers
Le capital c’est un métier
T’as ça dans l’sang ou t’es viré

Et s’il faut l’humain exploiter
On légalise tous les excès
Démocratie accommodée
Libre entreprise priorisée

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

Si tu veux toi être bénévole
Te gêne pas pour moi c’est du vol
Penser aux autres j’en ai ras-le-bol
J’l’ai jamais fait et j’en rigole

Puis quand mes belles affaires décollent
Pour mon image je donne l’obole
Sans même un regard vers le sol
Pressé(e) je réajuste mon col

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

L’économie c’est ma picole
Je prends mon pied quand ça s’envole
La morale pour moi elle est folle
Ici-bas chacun pour sa fiole

Même cette chanson parabole
Avec toutes ses belles paroles
Sera une goutte d’eau dans le bol
Qu’on te fera boire à l’école

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

Ces paroles vous seront chantées au Freemousse.bar le lundi 22 janvier à partir de 19h.

Gallus en concert au Freemousse.bar le 15 à 19h.

Le mal
poème d’Arthur Rimbaud (1870)

Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l’infini du ciel bleu ;
Qu’écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ;

Tandis qu’une folie épouvantable broie
Et fait de cent milliers d’hommes un tas fumant ;
– Pauvres morts ! dans l’été, dans l’herbe, dans ta joie ;
Nature ! Ô toi qui fis ces hommes saintement !…

– Il est un Dieu qui rit aux nappes damassées
Des autels, à l’encens, aux grands calices d’or ;
Qui dans le bercement des hosannah s’endort ;

Et se réveille, quand des mères, ramassées
Dans l’angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir,
Lui donnent un gros sous lié dans leur mouchoir !

Et nous voici de retour en 2018, on vous le donne en mille : au Freemousse.bar , à partir de 19h ! Le poème que vous venez de lire ci-dessus vous y sera chanté.

Le Guide à Gallus : la piscine des Amiraux, paris 18.

Mens sana in corpore sano… Hé oui, votre duo latinisant se préoccupe de votre bien-être !

À Paris, dans le 18ème, au numéro 6 de la rue Hermann Lachapelle, se trouve une piscine qui vaut la trempette : la dénommée « des Amiraux ». Cet équipement est l’oeuvre de l’architecte Henri Sauvage, considéré par certains de ses pairs comme un précurseur de l’architecture dite moderne.

Construite entre 1927 et 1930, elle commençait sérieusement à avoir besoin d’une bonne rénovation, mais attention ! étant classée monument historique depuis mars 1993, il ne fallait pas faire n’importe quoi avec.

Du 3 août 2015 jusqu’en octobre 2017, la piscine a donc été fermée, au grand déplaisir de ses utilisateurs, pour gros travaux. Mais ça valait le coup d’attendre, car le résultat est une belle réussite ! Tout a été rénové dans le respect des équipements d’origine (quel plaisir de pouvoir laisser ses affaires dans une cabine numérotée, dans laquelle on s’est changé, et dont on n’a pas à conserver une clef attachée inconfortablement à son poignet ou sa cheville), avec un petit plus : des lumières ont été ajoutées au fond de la piscine, offrant aux nageurs des effets hypnotisant sur les plafonds des différents étages de cabines, puis de la voûte en béton.

Opération réhabilitation réussie. Le déplaisir des deux ans de fermeture pour travaux est largement compensé par le résultat. Allez y faire trempette, ça vaut le détour !

Quelques informations supplémentaires en me cliquant.