Le guide à Gallus : la Louve.

Quel beau nom évocateur pour un supermarché ! Ah oui, mais pas n’importe quel supermarché : il s’agit en réalité d’une coopérative, mère nourricière pour tous ses clients, qui sont en fait des coopérateurs.

Un supermarché, vraiment ? Oui oui, il s’agit vraiment d’un supermarché, c’est-à-dire qu’on y trouve de tout : de l’alimentaire (principalement en bio, mais pas que) ; de l’alcool ; pas mal de vrac ; des produits d’hygiène (papier toilette, dentifrice, savon, shampooing, produits lavants, etc.) ; et un peu de papèterie et de vaisselle.

Un supermarché comme un autre ? Pas tout à fait, voire pas du tout. Son principe, c’est que le supermarché c’est nous. Aucune grande enseigne derrière, comme Carrefour ou Monoprix, et encore moins d’entreprise cotée en bourse. Il s’agit d’une coopérative tenue par ses coopérateurs. En bref, les grands financiers sont court-circuités.

Pour pouvoir y faire ses courses, il faut donc en acheter des parts pour cent euros (ou dix euros pour ceux qui bénéficient des minimas sociaux), et y assurer un service de trois heures toutes les quatre semaines. Ces conditions remplies, on accède à cette grande surface qui propose des produits environ 20% moins cher qu’ailleurs puisque ne nécessitant que très peu de salariés (moins de dix). Les rayons alimentaires sont principalement approvisionnés en bio, voire en demeter, mais on peut aussi trouver des produits issus de l’agriculture conventionnelle lorsque ceux-ci ne concurrencent pas les autres. L’approvisionnement est autant que possible régional.

En tant que coopérateur, on peut bien évidemment participer aux décisions prises en assemblées générales et suggérer de nouveaux produits et de nouveaux fournisseurs.

Ce projet est très intéressant car, en dehors du fait qu’il permet d’économiser environ 20% sur son caddie et de ne pas alimenter les grands argentiers de ce monde, il permet d’initier une réflexion sur une autre organisation sociétale, dans laquelle nous nous partagerions tous les tâches indispensables au bon fonctionnement de notre communauté. Cela éviterait de les laisser à des personnes embauchées à plein temps pour, souvent, des salaires peu motivants et une reconnaissance presque inexistante.

Venez goûter l’ambiance qui règne entre les coopérateurs !

Née en septembre 2016, la Louve vous ouvre grand ses portes au 116, rue des Poissonniers, dans le beau 18ème arrondissement parisien ! (Mais c’est pas une raison pour délaisser ses petits commerçants… 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *