Nos paroles

Au pays d’pas d’homme.

Au pays d’pas d’homme, il n’y a plus d’homme,
Que des cadavres souriant au ciel, venus pour lui dire en personne :
« Sais-tu comme désolés nous sommes, de vivre au pays d’pas d’homme,
Depuis le temps que les couleurs s’éteignent aux enseignes de nos écoles ? »

Refrain :
Préservez-moi de vous !
Toujours souvenez-vous,
Main dans la main nous marcherons
Si en Terre propre nous allons.

Au pays d’pas d’homme, les actions font les hommes,
Et la sécurité sociale n’assume plus ses fonctions vitales.
Les dividendes nous déraisonnent, nous en oublions qui nous sommes.
La solidarité s’est pris les pieds dans nos damnés tapis boursiers.

Refrain

Au pays d’pas d’homme, la réclame empoisonne
Le peu de temps de cerveau disponible laissé à notre vie pénible.
Métro, boulot, de beaux enfants, et le temps s’écoule en argent ;
Et plus il passe plus les cieux s’abandonnent. C’est pour nos âmes que le glas sonne.

Indignez-vous, peuple des hommes,
C’est la Nature qui vous en somme !
Prenez le flambeau des consciences nouvelles
Pour éclairer vos idées folles.


Avec des  » si « …

Si seulement je pouvais croire
Chaque fois que je broie du noir
La vie me paraîtrait plus douce
Un dieu viendrait à ma rescousse.

Si les Cerbères de cette Terre
Pouvaient lâcher un peu l’affaire
La vie serait oxygénée
Le peuple désintoxiqué.

Refrain : Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille.

« Le Mont Golgoth… ah… n’existe pas »
Me suis-je répété tout bas
Je veux mourir dans les vapeurs
Si seulement venait mon heure…

Eh la Marie, toi que fais-tu
Pendant qu’on noie notre vertu ?
Y a-t-il quelqu’un dans cet Enfer ?
Si seulement… Au Nom du Père…

Refrain : Avec des « si », on mettrait Paris en bouteille.

Avec des « si »… le Paradis en bouteille…


Blues en oeil mouillé.

Dans tes yeux mouillés
Je vois de l’amour mais, de grâce

Il ne s’agit pas de le répéter
C’est fugace

Dois-je m’accrocher à
Cette pensée si tenace

Dois-je m’accrocher
Ou bien sans tarder que ça passe

Dans tes yeux mouillés
Je vois plein de doutes, oui… hélas

Il ne s’agit pas de me faire tomber
En disgrâce

Refrain : Oh si tu t’avisais de tout faire trembler
Ma carcasse
Oh ne se remettrait de ce camouflet
Sans une trace

Dans tes yeux mouillés (x7)

Dans tes yeux mouillés
J’ai cru voir le jour mais, de grâce

Il ne s’agit pas de trop s’emballer
C’est pugnace

Dois-je raccrocher cette sombre idée
Et, sagace,

Éteindre la flamme qui fait feu follet
Et trépasse

Ce petit manège que tu fais tourner
Oui m’agace

Pour le faire cesser faut-il se tourner
Vers la casse

Refrain : Oh si tu t’avisais de tout faire trembler
Ma carcasse
Oh ne se remettrait de ce camouflet
Sans une trace

Dans tes yeux mouillés, ce petit manège (x2)
Que tu fais tourner, dans tes yeux mouillés (x2)
Oui m’agace, m’agace, et que ça passe
Dans tes yeux mouillés (x14)


Chanson pour chanter à tue-tête et à cloche-pied.

poème de Jacques Prévert

Un immense brin d’herbe
Une toute petite forêt
Un ciel tout à fait vert
Et des nuages en osier
Une église dans une malle
La malle dans un grenier
Le grenier dans une cave
Sur la tour d’un château
Le château à cheval
À cheval sur un jet d’eau
Le jet d’eau dans un sac
À côté d’une rose
La rose d’un fraisier
Planté dans une armoire
Ouverte sur un champ de blé
Un champ de blé couché
Dans les plis d’un miroir
Sous les ailes d’un tonneau
Le tonneau dans un verre
Dans un verre à Bordeaux
Bordeaux sur une falaise
Où rêve un vieux corbeau
Dans le tiroir d’une chaise
D’une chaise en papier
En beau papier de pierre
Soigneusement taillé
Par un tailleur de verre
Dans un petit gravier
Tout au fond d’une mare
Sous les plumes d’un mouton
Nageant dans un lavoir
À la lueur d’un lampion
Éclairant une mine
Une mine de crayons
Derrière une colline
Gardée par un dindon
Un gros dindon assis
Sur la tête d’un jambon
Un jambon de faïence
Et puis de porcelaine
Qui fait le tour de France
À pied sur une baleine
Au milieu de la lune
Dans un quartier perdu
Perdu dans une carafe
Une carafe d’eau rougie
D’eau rougie à la flamme
À la flamme d’une bougie
Sous la queue d’une horloge
Tendue de velours rouge
Dans la cour d’une école
Au milieu d’un désert
Où de grandes girafes
Et des enfants trouvés
Chantent chantent sans cesse
À tue-tête à cloche-pied
Histoire de s’amuser
Les mots sans queue ni tête
Qui dansent dans leur tête
Sans jamais s’arrêter

Et on recommence
Un immense brin d’herbe
Une toute petite forêt…
……………………….

etc., etc., etc.

(etc.)


Chuis pas né riche

Chuis pas né riche
Mais ça j’m’en fiche
Moi c’qui m’fait chier
C’est d’travailler

Pour qu’ils s’enrich-
Issent encore plus
Ces héritiers
D’Château-Petrus

Si j’m’écoutais
J’réagirais
Comm’nos aïeux
Du bon temps vieux

Au bout d’nos piques
Moi j’y mettrais
Leurs têt’ de biques
Ça vous effraie ?

Moi ça m’affole
De constater
Toutes ces i-
Négalités

Si t’as l’beau rôle
C’est qu’t’es bien né
J’ai pas saisi
l’égalité

Lalalala


En attendant l’attentat…

En attendant l’attentat
Qui, lâchement, nous tuera
C’est en chantant qu’on pourra
Leur démontrer qu’il y a

En attendant l’attentat
Qui nos enfants nous prendra
C’est en vivant qu’on devra
Leur dévoiler qu’il y a

Refrain : Des libertés au dessus des religions.

En attendant l’attentat
Qui notre corps saignera
C’est en dessinant qu’on gagnera
Une bataille à la foi.

Refrain

En attendant l’attentat
Qui, dès l’aurore, claquera
C’est en lisant qu’on sera
Les mieux armés face à ça.

Refrain x 2

en attendant…


Explique-moi

Papa, explique-moi quelque chose
Les hommes pourquoi ne sont-ils pas tous roses ?
C’est comme ça, tu n’peux rien y faire.
Rose ou noir, personne n’y peut guère.

Papa, explique-moi dans ce cas
Les hommes pourquoi entre eux ne s’aiment pas ?
C’est comme ça, tu n’peux rien y faire.
Rose et noir ne s’accordent guère.

Papa, explique-moi encore
Les hommes pourquoi aux autres préfèrent l’or ?
C’est comme ça, tu n’peux rien y faire.
Rose ou noir, c’est l’or qu’ils vénèrent.

Papa, explique-moi à présent
Les hommes pourquoi la violence souvent ?
C’est comme ça, tu n’peux rien y faire.
Rose et noir, tout l’monde veut la guerre.

Papa, explique-moi cet enfer
Les hommes pourquoi les femmes veulent faire taire ?
C’est comme ça, tu n’peux rien y faire.
Rose ou noir, les femmes c’est pour plaire.

Papa explique-moi si rien
Y faire pourquoi sur la Terre j’y viens ?
C’est pour soi qu’on enfante sur Terre
Dans l’espoir vain d’être moins solitaire.
C’est comme ça, on n’peut rien y faire.
Rose et noir, tu f’ras comme ton père.

C’est comme ça, on ne peut rien y faire.
Rose ou noir, je ferai comme mon père.


Hiroshima mon amour

Je suis un homme enrichi à l’uranium,
Et pourtant j’aimerais tant pouvoir en chantant
Quelques récitatifs être radio-actif.

J’entonne monotone l’air du grand atome
Que l’on fissionne, cela impressionne,
Au mépris du lourd prix payé par le passé.

Refrain et pont : Il est temps, militant, de limiter leur temps.

Si nos expressions s’adaptaient aux sillons
Irradiés et radiés de nos terres arables
Nous les dirions sans rire à cette façon :

Ne te fais pas de Tchernobyl mon compagnon,
Nagasaki le tour, nul ne sait pour quel pion.
Tout Fukushima le camp dans cette région.

Refrain et pont


Incantation(s)

Oh mon amour au petit jour
Je baiserai tous tes contours
Oh mon amour la nuit tombée
Je panserai toutes tes plaies

Oh mon amour (x3)

Oh mon amour dans la souffrance
Je te chanterai l’espérance
Oh mon amour dans la torpeur
Je chasserai toutes tes peurs

Oh mon amour et si la vie devait s’arrêter ainsi
Je borderai ta dernière nuit
Oh mon amour au bout du jour
Je rejoindrai ton insomnie

Oh mon amour (x2)


Inhumain

Les supermarchés n’ont de super que le nom,
Tout y est à bas prix nos âmes y compris.
Les centres commerciaux, ces foires à bestiaux,
Ont assoiffé par trop nos commerces centraux.

Être compétitif, travail répétitif,
La caissière a bipé mais sa main a ripé.
Dans la cadence il faut bosser en porte à faux.
Quand l’argent coule à flot elle se fait grelot.

Progrès technologique et la vie est magique :
Si ton poste est trop dur, le robot, lui, assure ;
Ta valeur ajoutée tu pourras la jeter ;
Si tu es trop humain on t’oubliera demain.

C’est la belle industrie qui nous invite au tri :
Poulets en batterie comme une horlogerie ;
Cochons à l’abattoir conscients dans leur mouroir ;
Le vivant bien saigné la croissance est soignée.

Rejet atmosphérique, emballage en plastique,
La surconsommation de nos générations
Est un petit cadeau qu’on leur met sur le dos.
Nos enfants de salops gagneront le gros lot.


J’ai mal à ma langue.

J’ai mal à ma langue,
Le franglais m’étrangle.
Il faut changer l’angle
D’approche où ça tangue.

J’ai mal à ma langue de pute, d’argot,
Le franglais m’étrangle, business à gogo.
Il faut changer l’angle, le chiac, oui, c’est beau,
D’approche où ça tangue, faire naître les mots

De pute, d’argot, c’est toute notre histoire,
Business à gogo, qui part dans le noir.
Le chiac, oui, c’est beau, c’est même pas barbare,
Faire naître les mots, c’est là tout un art.

C’est toute notre histoire, l’patois c’est bien moi,
Qui parle dans le noir la langue d’autrefois.
C’est même pas barbare, ça témoigne de soi,
C’est là tout un art : vivre avec ses choix.

L’patois c’est bien moi, faire des mots de je.
La langue d’autrefois, la mienne si je veux.
« Ça témoigne de soi » chantent nos aïeux,
Vivre avec ses choix sans fermer les yeux…

La révolution digitale passe par le big data et le data sharing. Nos managers doivent adapter leur mindset et se référer régulièrement au benchmarking, afin de faire évoluer les différents process permettant un turn-over intellectuel. Ayons un goût très challenging pour notre avenir.


J’ai pas compris.

J’ai pas compris pourquoi
Les paysans sont là
À labourer comme ça
Dans ce drôle de climat

Leurs champs qu’ils emprisonnent
Dans des gaz en bonbonnes
Même si les pestes sonnent
Un glas qui trop raisonne

Refrain : Dans nos corps, dans nos sols.

Pour toujours plus d’argent
Une poignée de gens
Empoisonne en rageant
Nos terres de détergents

C’est le gouvernement
Qui gouverne et nous ment
Car oui les pestes sonnent
Un glas qui trop raisonne

Refrain (2x)

J’ai pas compris pourquoi
Les médecins du terroir
Emmènent à l’abattoir
Leur santé leurs espoirs

C’est la politique a-
Gricole commune qui a
Mené ces pestes-là
Jusque dans l’au-delà

Refrain (3x)

J’ai pris ma plus belle voix
Pour vous conter tout cela
Bien que ce chant ne soit pas
La bourrée de l’Auvergnat

Réfléchissez à c’qu’on
Mange si c’est trop abscons
Allongez-vous face con-
Tre terre et faites pas les cons.

Refrain (4x)


La télé n‘est pas réalité

Présentatrice télé: Mesdames et Messieurs bonsoir. Ce soir, sur notre antenne, en duplex, et en direct du Freemousse.bar, « La télé n’est pas réalité » – tout un programme ! – une chanson interprétée par le duo Gallus (qui veut dire coq en latin). Belle écoute et bonne soirée à tous ! C’est à vous…

La télé n’est pas réalité
Sa vision n’est qu’illusion
Elle éteint notre cerveau
Vole notre temps libre

Dévissons nos vies de cet écran
Déréglons tous ses boutons
Zappons la télécommande
Recouvrons la vue

Manifestons nos désintérêts
Pour ses sujets formatés
Ses polémiques inventées
Bandits d’audimat

Présentatrice télé: Je découvre ce texte en même temps que vous, Mesdames et Messieurs. Ces jeunes gens ont beaucoup d’humour ! Restez sur notre antenne !

Youtube n’est vraiment pas cathodique
Mais il n’y a rien de nouveau
On nous prend tous pour des veaux
Et ça recommence

Plébiscitée, la publicité
S’insinue dans nos cornées
Qu’elle remplit comme des caddies
De supermarché

Vivons donc notre réalité
Rêvons notre société
Sans l’avis préfabriqué
Des idiots médias

Présentatrice télé: Chers amis ne zappez pas, nous allons rendre l’antenne et passer quelques pages de réclame afin de libérer le duo Gallus.

La télé n’est pas réalité
Sa vision n’est qu’illusion
Elle éteint notre cerveau
Vole notre temps libre


Le mal
poème d’Arthur Rimbaud (1870)

Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l’infini du ciel bleu ;
Qu’écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ;

Tandis qu’une folie épouvantable broie
Et fait de cent milliers d’hommes un tas fumant ;
– Pauvres morts ! dans l’été, dans l’herbe, dans ta joie ;
Nature ! Ô toi qui fis ces hommes saintement !…

– Il est un Dieu qui rit aux nappes damassées
Des autels, à l’encens, aux grands calices d’or ;
Qui dans le bercement des hosannah s’endort ;

Et se réveille, quand des mères, ramassées
Dans l’angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir,
Lui donnent un gros sous lié dans leur mouchoir !


Les maux me manquent

Les maux me manquent à perdre haleine
Quand je plonge dans tes yeux ;
La foule s’envole et la douleur chavire
Quand on est tous les deux ;

La mer se dérobe et emporte avec elle
La couleur de ta chair ;
Les amarres se disloquent et c’est l’mât qui débloque,
On s’éloigne de la terre…

Refrain : Les maux me manquent, et ma tête se planque, quand je suis dans tes bras.

Les maux me manquent à perdre haleine
Dans le port de ton coeur ;
L’horizon est tout proche et l’écume qui transperce
Te découvre mon bonheur ;

Et puis du bout des doigts tu caresses la tempête
De ma vie avec toi ;
Et nos corps qui s’emboîtent te libèrent des souvenirs
Ennuyeux à mourir.

Refrain

Et quand l’ancre est jetée dans une rade échouée,
On n’entend plus que nos voix…

Refrain


Maman.

Maman, je ne sais pas pourquoi
Tu aimes tant ce je ne sais quoi
De violent chez ceux de là-bas,
Et pourtant, je te chante ça :

Refrain :
You’re a poor lonesome cowboy
On your poney you look like a boy
This is your country song
With your rifle the law is singing bang !

Maman, ne ferme pas les yeux,
Car elle ment, cette histoire pour les pieux.
Dans le sang, ils ont fait leurs vœux
De tyrans, tout ça grâce à Dieu.

Refrain

Maman, ils ne sont pas les seuls,
Et souvent, les hommes entre eux s’en veulent
De tourments dont ils sont responsables,
Mais devant le faible on voit le coupable.

Refrain

Maman, ma chanson est finie.
Cependant, si elle sonne pas country,
J’aimerais vraiment que les hommes oublient Dieu
En pensant aux autres un petit peu.

Refrain (2x)


M’est avis

M’est avis qu’on ira pas bien (loin)
M’est avis qu’on n’est pas tous é(gaux)
M’est avis qu’on n’a pas tout com(pris)
M’est avis qu’on nous prend pour des (cons)

Mais ta vie ne vaut pas un ko(pek)
Mais ta vie, ils n’en ont rien à (foutre)
Mais ta vie, on lui cherche que(relle)
Mais ta vie, toujours sucer des (queues)

Refrain : M’est avis qu’on nous accule, m’est avis qu’c’est avilissant, bon sang, mais on nous en(cule) !

M’est avis qu’on se fait dépou(iller)
M’est avis qu’on va pas s’en sor(tir)
M’est avis qu’on peut plus recu(ler)
M’est avis qu’on en a plein le (cul)

Mais ta vie n’est qu’un pion dans leur (jeu)
Mais ta vie n’est pas indispen(sable)
Mais ta vie, elle peut toujours coui(ner)
Mais ta vie, elle leur casse les (couilles)

Refrain


Persona non gratis

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

On n’est pas là pour s’amuser
Ou encore pour fraterniser
On est sur Terre pour faire du blé
Mais pas celui qu’on peut manger

J’accroche le temps à mon poignet
Car il vaut de l’or et des billets
Tu veux ma personne t’écouter
Mon gars il va falloir raquer

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

Moi je fais l’argent travailler
Pour qu’il profite aux héritiers
Le capital c’est un métier
T’as ça dans l’sang ou t’es viré

Et s’il faut l’humain exploiter
On légalise tous les excès
Démocratie accommodée
Libre entreprise priorisée

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

Si tu veux toi être bénévole
Te gêne pas pour moi c’est du vol
Penser aux autres j’en ai ras-le-bol
J’l’ai jamais fait et j’en rigole

Puis quand mes belles affaires décollent
Pour mon image je donne l’obole
Sans même un regard vers le sol
Pressé(e) je réajuste mon col

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)

L’économie c’est ma picole
Je prends mon pied quand ça s’envole
La morale pour moi elle est folle
Ici-bas chacun pour sa fiole

Même cette chanson parabole
Avec toutes ses belles paroles
Sera une goutte d’eau dans le bol
Qu’on te fera boire à l’école

Persona non gratis, Homo capitalis (x2)


Rien ne sert à rien
poèmes de Jean Cocteau

Rien ne sert à rien, mais il faut le faire
Et sans être là, je suis où je suis.
Préférer je dois ce que je préfère,
M’ennuyer je dois d’avoir des ennuis.

Je dois voir le temps plier sa seconde
Pour l’autre seconde après déplier,
Et le sable emplir de sa fuite blonde
L’inverse cristal de mon sablier.

Puisque nul regard n’envisage
Ton visage dévisagé
Ne va pas toi-même outrager
L’innocence de ton visage.

Accepte ce triste portrait,
Oeuvre d’une longue malice,
S’il te devenait un supplice,
Ce portrait te ressemblerait.

Calme, calme, demeure en marge,
Et si dur cet exil soit-il,
Sur cet île de ton exil,
Sois ton seul témoin à décharge.

Tisser l’envers de ton tissu,
Les muses en décident seul,
Car ce que les muses lui veulent,
Un poète n’a jamais su.


Si tu savais comme

Refrain : Ô mon vieux, on nous arnaque, si tu savais comme !

Nous ne sommes plus que des mots dièses, tagués à la hache
Des consortiums du Net qui pillent nos bagages
Et qui s’installent à nos tables et bouffent notre pain quotidien,
Ces ramasse-miettes des données personnelles qui font leur festin.

Refrain

Le coût caché des services gratis, c’est ta vie privée
Qu’on démantèle à la pelle quand tu cliques sur ta vie rêvée.
On te donne du confort, alors tu te crois fort et tu fais ton cador,
Mais en fait, on t’a volé tes volets, par la fenêt’, jette un coup d’oeil dehors !

Refrain

Pont vocal

Refrain

Sans trop savoir, dans ce monde miroir, c’est toi qu’on monétise
Pour un coup de com’ envoyée dans ta pomme, et c’est la convoitise
Des faux-semblants devant tous tes écrans, qui te fait oublier
Que tu es seul, enchaîné à ta liberté…

Pont vocal

Refrain


Soixante-huitard
Texte original de Sardoine

Sans ton chichon t’as du mouron
T’as tout donné dans ta révolution
T’as le nombril qu’est tout usé
À force de l’avoir maté
T’as plein d’vieux rêves dans l’ciboulot
Tu nous en parles encore à la radio
D’vant ta télé tu regardes les glaciers
L’gaz carbonique que tu nous a largué
L’eau polluée tes déchets à gérer
Alors mon gars faut pas nous la jouer

Des discussions qui tournent en rond
Un compte en banque qui manque pas d’fonds
Et le grand soir qui n’arrive pas
Ah on se demande vraiment pourquoi
Un peu aigri, intellectuel
Tu n’aimes pas trop qu’les femmes s’en mêlent
Paternaliste, un rien macho
Tu sais tout mieux que les jeunots

Refrain : Soixante-huitard, soixante-huit ans
Tu l’as pas vu v’nir ce moment
Elles sont pas gentilles mes petites rimes
Mais sérieusement tu nous bassines…

Sans ton p’tit joint t’as du chagrin
T’as tout donné pour tes lendemains
Tu n’étais pas au premier plan
Ça t’empêche pas de faire semblant
Mais la pilule a du mal à passer
Voir le beau sexe émancipé
Il reste encore quelques frontières
Comme si c’était bien mieux hier.

Refrain


Vertigo

Quel vertigo me prend
J’ai cassé mes élytres
Un soir en me froissant
En lisant cette épître

Refrain : Mais je m’y attendais
Les regards en dessous
Les gestes éloignés
C’est à devenir fou

Quelle soudaine impatience
Folie douce m’a pris
De fouiller en substance
De gratter dans ta vie

Refrain

Quel vertigo me prend
J’ai sorti mes épines
Un matin au levant
Prié à Macarine

Refrain

Quel maléfice enfant
Allongé sur ta couche
Je pose allégrement
Un baiser sur ta bouche

Mais je ne suis pas dupe
Ce sera le dernier
À moins que tu n’supputes
Qu’on pourrait subsister.


Volutes

Tes volutes de voix sur mon membre cordé
Me donnent une foi que j’ai toujours reniée
En un je ne sais quoi d’omniscient avisé
Qui pour l’amour de toi se mettrait à tes pieds.

C’est avec volupté que je prends en chemin
Tes rides sur ma peau et puis tous tes chagrins
Qui survolent trop tôt nos projets à quat’mains
Qui sabotent le beau de nos vies pour demain.

Si une maladie prend du temps sur ta vie
De te voir m’interdit alors viendra l’envie
D’inventer une mort pour nos deux petits corps
Qui s’aimeront encore malgré ce coup du sort.