N’ayons pas peur des néologismes : mise au point sur « Au pays d’pas d’homme. »

Rappelez-vous vos cours de collège ou de lycée… Lorsqu’on aborde, en histoire, la Première Guerre mondiale et qu’on nous parle de la langue de terre qui sépare les tranchées allemandes des tranchées françaises, on appelle ça le « no man’s land ». Ce terme s’utilise aussi plus généralement pour désigner une zone dévastée, vidée de ses habitants, une sorte de terrain neutre entre deux pays comme, par exemple, celui qui sépare les deux Corées actuellement.

Nous nous sommes étonnés, il y a maintenant plusieurs années, de voir qu’aucun terme français n’existait réellement pour désigner ça, et nous avons réfléchi à ce que ce terme pourrait être. Non pas que nous souhaitions retirer tous les mots anglais de notre langue française (les échanges entre langues ont toujours existé et ne rentrent pas dans notre dénonciation du franglais), mais nous souhaitions simplement nous amuser à créer nous-mêmes un mot, ou plutôt, en l’occurrence, une expression.

Au pays d’pas d’homme, est ce qui nous est venu à l’esprit.

Puis, ce terme allitéré nous a paru très chantant et nous a inspiré. Résulte donc de ce jeu de réflexion sur notre langue la chanson ci-dessous, dont un extrait peut être écouté sur notre page Discographie puisqu’elle fait partie de notre premier album sorti en janvier 2020.

N’oublions pas que les néologismes contribuent à faire vivre notre langue, donc soyons inventifs et faisons-nous plaisir !


Au pays d’pas d’homme.

Au pays d’pas d’homme, il n’y a plus d’homme,
Que des cadavres souriant au ciel, venus pour lui dire en personne :
« Sais-tu comme désolés nous sommes, de vivre au pays d’pas d’homme,
Depuis le temps que les couleurs s’éteignent aux enseignes de nos écoles ? »

Refrain :
Préservez-moi de vous !
Toujours souvenez-vous,
Main dans la main nous marcherons
Si en Terre propre nous allons.

Au pays d’pas d’homme, les actions font les hommes,
Et la sécurité sociale n’assume plus ses fonctions vitales.
Les dividendes nous déraisonnent, nous en oublions qui nous sommes.
La solidarité s’est pris les pieds dans nos damnés tapis boursiers.

Refrain

Au pays d’pas d’homme, la réclame empoisonne
Le peu de temps de cerveau disponible laissé à notre vie pénible.
Métro, boulot, de beaux enfants, et le temps s’écoule en argent ;
Et plus il passe plus les cieux s’abandonnent. C’est pour nos âmes que le glas sonne.

Indignez-vous, peuple des hommes,
C’est la Nature qui vous en somme !
Prenez le flambeau des consciences nouvelles
Pour éclairer vos idées folles.

Licence Creative Commons

AU PAYS D PAS D HOMME
est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 France.
Les autorisations pour toute utilisation de cette oeuvre non couverte par cette licence doivent être obtenues auprès de la SACEM
(www.sacem.fr)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *