Gallus est « En guerre ».

Le dernier film de Stéphane Brizé (qui a déjà prouvé son talent avec La loi du marché) s’intitule En guerre. Et c’est en effet un vrai film de guerre qui nous est proposé, mais sans arme à feu. Un film de guerre sociale, un film de guerre économique. Donc avec armes de destruction massive.

Avec une image à fleur de peau, qui ne se pose que rarement, et une musique électrique lourde et saturée, nous nous laissons transporter par Vincent Lindon (son plus beau rôle ?) dans un conflit opposant les ouvriers d’une usine promise à la fermeture aux patrons de celle-ci.

La mise en scène nous promène au travers d’une situation devenue tellement banale au fil de ces dernières décennies que plus grand monde n’y prête attention : le licenciement de centaines de personnes par une entreprise qui fait des bénéfices. Et le metteur en scène nous invite à faire face à ces questions : est-ce normal ? Devons-nous accepter ce type d’agissements sous prétexte que la concurrence économique mondiale l’exigerait ?

Nous assistons donc à l’indignation pacifique d’hommes et de femmes désespérés , comme on l’a déjà vu cent fois aux informations télévisées. Le conflit s’étale sur plusieurs semaines, puis l’impatience grandissant, l’État – censé représenter le peuple – missionne des forces de police pour déloger les grévistes de cette usine, par la violence. Pas de coups de matraques, pas de gaz lacrymogène, non, simplement des bousculades et des enlèvements de force. De la violence physique. Peut-être pas très spectaculaire, mais de la violence physique tout de même. Comme on en a déjà vu cent fois aux informations télévisées.

Comment un État peut-il autoriser la violence physique pour protéger des intérêts privés ? D’autant plus quand ces intérêts privés jouent contre l’intérêt public ? Se pose alors la problématique d’une loi devenue illégitime, car protégeant les plus forts au détriment des plus faibles. Une loi mise en place par un État acceptant une violence insidieuse, psychologique, sociale et économique, et s’étonnant d’une violence physique qui finit par éclater en réaction à la première…

En guerre est un film coproduit, entre autres, par Stéphane Brizé et Vincent Lindon.

Il est beau de voir les gens combattre pour une société plus juste, plus égalitaire ; et il est beau de voir que ce film magnifique n’a reçu aucune récompense au dernier festival de Cannes. Bizarrement, nous n’en sommes pas étonnés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *